Certaines obsessions doivent rester secrètes, d’autres doivent être nommées à haute voix : je suis une championne de la planification. Pas la planification qui mène à la réalisation de tâches et qui me rend productive, non, mais celle qui ne reste que griffonnée sur des feuilles de papier.

Se nommer championne de la planif, c’est comme dire à un recruteur lors d’un entretien qu’on est perfectionniste, qui crois-moi, n’est pas toujours une qualité. C’est souvent signe d’une personne qui passe son temps sur des choses insignifiantes, genre guetter des promotions ou du restockage d’accessoires de cuisine – même si je crois mordicus que j’en ai besoin -– au lieu d’annuler des services bancaires inutiles.

Qui peut en vouloir à une fille qui découvre cette collection hautement désirable sur Chic & Basta, site consacré à l’artisanat québécois ?

Pour moi, la planif devient encore plus intense, le premier mois de l’année, bien sûr, car chère convive, je suis bien intentionnée comme toi, et donc, je m’efforce de faire de moi une nouvelle moi pour la nouvelle année.

Mais comme 80 % de la population, mes velléités tombent à l’eau.

Néanmoins, pour bien commencer la nouvelle décennie, je me suis procuré un outil prometteur : un agenda hyper créatif, un Happy Planner, et je l’ai bien étudié – oui, j’ai regardé des vidéos sur YouTube pour savoir comment maximiser ma vie d’apparence si chargée – pour que je devienne une personne qui réussit tout ce qu’elle entreprend. Je suis certaine que Stephen Covey serait fier de moi, hum, hum, dans ma vie alternative.

Mais je parle beaucoup trop vite. Nous ne sommes qu’à la fin janvier. Je me réjouirais uniquement quand j’aurai préparé toutes les recettes si bonnement planifiées. En commençant par mon ragoût de pois chiches.

L’année 2019 a été remplie de tournants.

Depuis le printemps dernier, je suis devenue prof en francisation – enfin un boulot où je me sens épanouie ; à l’automne, je me suis inscrite à HEC pour asseoir mon statut d’étudiante éternel (un diplôme en marketing, communication et marque), et aussi, j’ai vécu un événement tragique dans ma famille.

Dans une tentative d’avoir un nouveau souffle, je me suis attablée dans la salle à manger le soir pendant une semaine afin de définir mes objectifs de vie et d’organiser un horaire culinaire pour satisfaire les envies de mon ventre et du tien aussi.

Mais parfois, il ne sert à rien de surplanifier ; il faut juste se laisser aller et guider par les synchronicités de la vie.

Toujours est-il que j’avais griffonné une recette de ragoût de pois chiches avec de la bette à carde à préparer ce mois-ci, mais je ne savais pas encore comment j’allais m’y prendre. Il me fallait un signe.

Et le signe m’est apparu devant moi.

Un soir, j’ai vu mes pois chiches planqués à l’arrière de mes autres pots Masson. Les pauvres, étant donné que mon petit monstre n’en raffole pas, j’avais cessé de les cuisiner.

Mais je me disais qu’il fallait bien leur rendre justice un jour.

Quand j’ai su que M. Agréable invitait un collègue à la maison quelque part dans la semaine, je me suis trouvé une parfaite excuse pour, primo les remettre en avant-scène, secondo, me remettre sérieusement devant les fourneaux et tertio, t’en parler en ce début d’année.

Et ça tombait bien. Comme je surfais sur Internet, une recette du New York Times a attiré mon attention.

Dans mon for intérieur, j'espérais qu’elle plairait au petit.

Elle comprenait un parfait mariage d’ingrédients réconfortants.

Spiced Chickpea Stew with Curry and Coconut ingredients Stew

Alliant de la noix de coco aux épices indo-caribéennes, ce ragoût évoque beaucoup le chana masala retrouvé dans certaines régions de l’Inde du Sud ou d’autres ragoûts typiques de certaines régions dans les Caraïbes, notamment la Jamaïque.

Flamboyante mais de bon goût, cette version témoigne de l'art de goûter, d’agrémenter et de goûter à nouveau. En fait, lors de la préparation, je n’ai pas pu m’empêcher d’en prendre des lichettes en poussant des gémissements.

Comme beaucoup de bonnes choses, ça commence par des oignons et de l’ail. Vient ensuite un petit défilé animé d’épices. Les pois chiches y sont d’abord ajoutés pour participer au carnaval, puis une partie est enlevée de là pour la garniture. Après quoi, s’ensuivent les versements de liquides savoureux pour en finir avec des feuilles corpulentes, qui ne tardent pas à s’attendrir peu de temps après.

D’une texture riche et d'un grondement modéré de chaleur, cette recette de pois chiches est digne d’être griffonnée dans ton agenda maintes fois. Surtout quand ton petit te donne son sceau d’approbation.

Le ragoût de pois chiches étape par étape

[Photos étape par étape à venir]

1/ Faire sauter l'ail, l'oignon et le gingembre (5 min).

2 / Add the spices (curry, cumin, and red pepper flakes), cooked chickpeas and seasonings (salt and pepper), then fry and brown, stirring frequently (8-10 min).

3/ Réserver la moitié des pois chiches pour la garniture et écraser l’autre moitié pour épaissir le ragoût. Ajouter le lait de coco, le bouillon de légumes et le piment et laisser épaissir (30-35 min).

4/ Incorporer les feuilles vertes et remuer (3-7 min).

5/ Répartir dans des bols et garnir de menthe, de pois chiches réservés, d'une pincée de chili broyé et d'un filet d'huile d'olive.

6/ Servir facultativement avec du yogourt de noix de cajou.

Ragoût de pois chiches épicés avec cari et noix de coco

Adaptée d’Alison Roman du New York Times

Spiced Chickpea Stew with Curry and Coconut

Ragoût de pois chiches épicés avec cari et noix de coco

La recette qui suit est ma tentative de rendre la recette originale un peu plus savoureuse et moins riche. En effet, celle-ci demandait le double de la quantité de lait de coco, mais en faisant cela, j’ai trouvé que mon ventre avait souffert de sa richesse. Cependant, fais-le si le tien est moins fragile que le mien. Les feuilles peuvent être remplacées par d’autres feuilles vertes. Cependant, sache que la bette à carde et les épinards flétrissent et se ramollissent beaucoup plus rapidement que le chou frisé (alias kale) ou le chou vert.

Ce ragoût peut être servi dans deux styles différents : facultativement avec un quart de tasse de yogourt de noix de cajou pour adoucir et atténuer les saveurs ou sans yogourt, garni de menthe fraîche ou de coriandre fraîche. J’ai adoré la menthe fraîche. Ça apportait une fraîcheur excentrique en bouche. Peu importe, ce plat est encore meilleur le deuxième ou troisième jour.
Temps de préparation10 min
Temps de cuisson55 min
Type de plat: Soupes, Plats principaux
Cuisine: Caribéenne
Portions: 4

Ingrédients

  • 2 cuillères à soupe d'huile d'olive, et plus pour garnir
  • 4 de gousses d'ail, émincé
  • 1 large oignon espagnol, haché environ 1 tasse
  • 2 pouces 5 cme, fraîchement râpé environ 1 cuillère à café
  • 1 cuillère à soupe cari moulu
  • 1 cuillère à soupe de cumin moulu
  • 1 cuillère à café chili broyé, et plus pour garnir
  • 1 ½ tasse de pois chiches, trempés dans l’eau la veille avec 2 cuillères à café de bicarbonate de soude 3 tasses cuites ou 2 boîtes (de 400 g/15 onces) de pois chiches, égouttés et rincés
  • 1 boîte de 400 ml 15 onces de lait de noix de coco entier
  • 3 ¼ tasses de bouillon de légumes
  • 1 piment bouc ou ¼ de poivre de cayenne
  • 1 botte de bette à carde, de chou frisé ou de chou vert, tiges enlevées, feuilles déchirées en petits morceaux
  • Sel et poivre
  • 1 tasse de feuilles de menthe, pour garnir
  • 1 portion de yogourt de noix de cajou au citron vert, pour servir facultatif

Instructions

  • Faire chauffer l'huile dans une grande casserole à feu moyen. Faire sauter l'ail pendant 2 min jusqu’à ce qu’elle dégage une odeur parfumée. Ajouter l'oignon et le gingembre et remuer de temps en temps jusqu'à ce que l'oignon soit translucide et commence à dorer un peu sur les bords, de 3 à 5 minutes.
  • Ajouter le cari, le cumin et le chili broyé, puis les pois chiches cuits. Assaisonner de sel et de poivre. Laisser grésiller et frire les pois chiches dans les épices et l'huile, en remuant fréquemment jusqu'à ce que les pois chiches commencent à se décomposer et à devenir un peu dorés et croquants, de 8 à 10 minutes. Retirer environ une tasse de pois chiches et réserver pour la garniture.
  • À l'aide d'une cuillère, d'une spatule en bois ou d’un écraseur de pommes de terre, écraser encore un peu les pois chiches restants pour libérer leur amidon féculent (cela aidera à épaissir le ragoût). Ajouter le lait de coco et le bouillon dans la casserole. Porter à ébullition en grattant tous les morceaux qui se sont formés au fond de la casserole. Incorporer le piment et cuire en remuant de temps en temps jusqu'à ce que le ragoût ait épaissi et que les saveurs aient commencé à se marier, de 30 à 35 minutes. (Goûter un pois chiche ou deux, pas seulement le liquide, pour s’assurer qu'ils sont aussi savoureux.) Pour un ragoût un peu plus épais, continuer à mijoter jusqu'à l’obtention de la consistance désirée. (Alternativement, on peut ajouter une cuillère à café de farine de pois chiche ou autre poudre épaississante).
  • Ajouter les feuilles vertes et remuer en s’assurant qu'ils sont immergés dans le liquide. Cuire quelques minutes pour qu'elles se flétrissent et se ramollissent, de 3 à 7 minutes, selon la sorte utilisée. Assaisonner à nouveau avec du sel et du poivre, si désiré.
  • Enlever le piment bouc, si utilisé. Répartir dans des bols et garnir de menthe, de pois chiches réservés, d'une pincée de chili broyé et d'un bon filet d'huile d'olive. Servir avec du yogourt de noix de cajou et du pain pita grillé si vous en avez.
  • Conservé dans un contenant hermétique, ce ragoût aux pois chiches épicés se conservera pendant 5 jours.

Prépare ce ragoût de pois chiches maintenant !

Tu as tout à gagner quand tu prévois de cuisiner un repas comprenant des pois chiches. Surtout celui-là, avec des ingrédients exotiques.

La richesse, la consistance et le caractère piquant font de ce ragoût un repas parfait pour les temps froids.

Débute par des aromates typiques de régions tropicales et tu t’y retrouveras vite fait devant un plat chaleureux.

Si tu essaies cette recette, je veux le savoir ! Laisse-moi un commentaire ci-dessous ou partage-la sur Instagram. Mentionne-moi avec @biting.into.life avec le mot-clic #bitingintolife